Action artistique et langue française

2016 // Le Grand Moment

 Film-Meythet

 

Thématique de la résidence : théâtre et langue française

Artiste : Isabelle Augier-Jeannin, comédienne, metteur en scène

Partenaires : UEAJ de Meythet, UEMO d’Annecy, MECS Foyer Saint-Benoît d’Annecy, STEMOI de Haute-Savoie

Territoire : région d’Annecy (74)

Période : janvier-mars 2016

Traces : représentation « Le Grand Moment », film

De janvier à mars 2016, Filigrane a mené une résidence avec la comédienne et metteure en scène, Isabelle Augier-Jeannin, auprès de jeunes accueillis au sein de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) des 2 Savoies, et de jeunes déscolarisés accueillis en foyers. Le travail de création théâtrale a porté sur la thématique de la langue française, et a donné lieu à une représentation, intitulée « Le Grand Moment », le 09 mars 2016, à la Ferme d’Argonay (74).

Ce projet a bénéficié du soutien financier du Ministère de la Culture et de la communication, dans le cadre de l’appel à projets « L’action culturelle au service de la maîtrise de la langue française ».

La résidence a également été soutenue par le STEMOI de Haute-Savoie, et a bénéficié des services de l’UEAJ de Meythet et de l’espace culturel « la Ferme » d’Argonay.

Voici un film-témoignage, réalisé par Corinne Marie, lors d’une dernière séance de travail clôturant la résidence, le 20 mai 2016. On peut y entendre des témoignages des jeunes participants, des éducateurs qui les ont accompagnés tout au long du projet, et de l’artiste.

 

 

 

// Découvrez le carnet de bord de cette résidence

 

 

P1020015

Les éducateurs ont suivi une formation avec Isabelle en amont de la résidence

 

// Première partie : la formation des éducateurs

La formation est la première étape de la résidence. Elle a réuni sur 3 jours, 11 éducateurs de l’UEMO d’Annecy, de l’UEAJ de Meythet, de la MECS Foyer social Saint-Benoît, mais aussi de l’Association des Pupilles de l’Enseignement Public (APEP) et de l’Association Départementale des Infirmes Moteurs Cérébraux (ADIMC) de Haute-Savoie.

L’objectif : sensibiliser les éducateurs du projet de résidence à la problématique du théâtre et de la langue française, « dédramatiser » le théâtre et le jeu théâtral et créer du lien avec d’autres structures de la région (en l’occurrence l’APEP et l’ADIMC).

Le bilan de ces 18 heures de formation est très positif. Les éducateurs y ont trouvé des outils à appliquer avec leurs jeunes dans leurs structures. Ceux qui participent au projet de résidence pourront aborder le théâtre de manière bien plus décomplexée, pour encadrer au mieux les jeunes qui suivront les ateliers. Des liens entre les structures ont été créés, le groupe a très bien fonctionné et souhaite même prolonger l’expérience théâtrale ensemble.

 

11 janvier 2016 – La résidence commence avec un travail d’introduction sur la biographie langagière par Marie-Odile Maire-Sandoz (chargée d’étude au Centre Alain Savary – Institut Français de l’Éducation). Puis Isabelle Augier-Jeannin commence avec les éducateurs le travail sur le théâtre-forum, le théâtre-image et le théâtre masqué.

12 janvier – Le travail sur le théâtre forum et le théâtre masqué continue avec Isabelle. Le théâtre-forum, particulièrement, s’avère être un bon outil d’approche et de communication autour de la problématique du langage et des tensions qu’elle peut créer.

13 janvier – Poursuite du travail sur le théâtre-forum et le théâtre masqué. Petite représentation de saynètes de théâtre-forum et de jeu masqué devant un public. Debriefing et intervention de Michel Kneubühler, consultant en ingénierie culturelle.

// Deuxième partie : la résidence

La résidence s’articule autour du thème « théâtre et langue française« . Les objectifs de la résidence et d’Isabelle, sont de permettre aux adolescents d’acquérir des outils d’expression et de vivre l’expérience théâtrale, tout en questionnant leur rapport à la langue française.

3 février 2016 – Début des ateliers : 10 jeunes sont inscrits pour ce premier atelier. Ils ont entre 14 et 18 ans et proviennent des trois structures partenaires du projet. Bien que timides au départ, tous osent participer aux exercices et monter sur le plateau. Surtout, il y a une bienveillance entre tous les participants, y compris entre ceux qui ne se connaissaient pas avant.

10 février – Cette fois-ci, l’atelier se déroule dans un vrai théâtre, sur un vrai plateau : celui de l’auditorium de l’espace culturel « la Ferme » de la ville d’Argonay. Quelques-uns ne sont pas revenus, mais l’ambiance est toujours bonne et généreuse.

15 février – Début de la semaine intensive de résidence au théâtre d’Argonay. Les jeunes pourront participer à des journées entières d’ateliers. Au programme, théâtre-forum et théâtre masqué. Ceux qui ne se sentent pas à l’aise sur les planches pourront s’essayer à d’autres métiers du spectacle : régie son et lumière, costume, scénographie, accessoires …

17 février – La matinée est consacrée aux exercices avec les adolescents et l’après-midi à un debriefing entre les éducateurs et Isabelle.

18 février – Nous apprenons que la ville d’Argonay nous prête gracieusement la salle de « La Ferme », dans laquelle les adolescents et Isabelle ont l’habitude de répéter, pour une restitution finale qui se déroulera le mercredi 9 mars après-midi. Grand merci à la mairie d’Argonay et aux gérants de La Ferme!

8 mars – Les dernières touches sont apportées au projet. La compagnie National Theatre Moment est créée, pour deux représentations de leur premier spectacle, « le Grand Moment » !

 

Le public est au rendez-vousLe public est au rendez-vous.Isabelle joue le Joker Photo : JM ReffléIsabelle Augier-Jeannin joue le Joker. « Pas avant le mariage ».
Le « Machisme ordinaire ».

Photo JM ReffléCrédits photos : JM Refflé

// Troisième partie : le spectacle

9 mars 2016 – Première du spectacle.

C’est la grande première du spectacle ! Les comédiens du National Theatre Moment donnent « le Grand Moment » à l’auditorium de l’espace culturel « la Ferme » à Argonay. Les spectateurs sont très nombreux, la salle est comble !
Le spectacle se déroule en plusieurs temps autour du thème de la langue, en prenant appui sur trois techniques travaillées par les jeunes comédiens durant leur formation avec Isabelle : le théâtre traditionnel à partir d’improvisations, le jeu masqué et le théâtre-forum.

Le théâtre-forum : la langue pour débattre

Le théâtre-forum n’est pas un théâtre ordinaire. Créé au XXe siècle au Brésil par Augusto Boal, cette forme théâtrale a pour objectif de susciter le débat et d’amener les « spec-acteurs » à y participer activement … Le déroulement est toujours le même :
Un « Joker » présente les scènes à venir et les règles du jeu.

Les comédiens jouent une scène conflictuelle, qui comprend trois types de personnages : l’oppresseur qui est à l’origine du conflit, l’opprimé qui subit le comportement de l’oppresseur et le témoin. Dans la scène initiale, il n’y a pas de résolution du conflit.
Le Joker incite ensuite le public à s’exprimer sur cette scène, à prendre la parole pour proposer des alternatives à la fin « bloquée » de la scène … et finalement, à monter sur scène et à devenir eux-mêmes des acteurs.

Les spectateurs du Grand Moment se prennent au jeu. Ils participent, débattent et quelques-uns d’entre eux montent même sur scène ! Ils proposent de convaincantes alternatives, désamorçant des conflits de diverses natures : l’oppression dans le milieu familiale avec Pas avant le mariage et Pas de sortie et le Machisme ordinaire.

 

Le théâtre traditionnel : la langue pour raconter

Après le théâtre-forum, les comédiens et la metteure en scène nous proposent deux courtes scènes réalisées avec les techniques du théâtre d’improvisation, intitulées Le Bar-tabac et Le Verlan.

Le théâtre traditionnel : la langue pour informer

Cette partie du spectacle est destinée à questionner la publicité, sa place dans nos vies, dans et hors de la télévision …

Le théâtre masqué : la langue pour jouer

Lors des répétitions, le National Theatre Moment a assisté à l’apparition de personnages, nés de la rencontre entre les comédiens et les masques de Commedia dell’arte créés par Paul Yapp.
Dans le Grand Moment, trois de ces personnages participent à un casting pour les rôles principaux du prochain blockbuster produit par le NTM : Roméo et Juliette version moderne, avec poison et nunchaku.

La classe : la langue pour apprendre

Pour conclure le spectacle, les comédiens présentent une courte scène de théâtre traditionnel, consacrée à un thème important pour les jeunes gens de leur âge (et pour tous les âges d’ailleurs) : l’apprentissage de la langue.

* * *

Lors de leur salut musical et vitaminé, les comédiens et la metteure en scène sont applaudis très fort et rappelés plusieurs fois !

C’est donc une très belle première que nous a offert le National Theatre Moment. Les jeunes comédiens ont été impressionnants de concentration et d’implication dans le spectacle. Le public est conquis.

Bravo à eux !




NOS PARTENAIRES

Bannieres Partenaires 2017